Kids

Résidence2017 / visibLe en 2018
par La compagnie L’arc ÉLécTrique

Au sortir de la guerre de Sarajevo, au milieu des ruines, depuis les collines jusqu’au coeur de la ville, une journée de plus dans la vie des « kids » : 5 garçons et 7 flles, sales, hirsutes, tous orphelins, compagnons d’infortune. Ce soir, ils ont décidé de créer une parade,
mais personne n’est là pour regarder leur spectacle.
Entre deux allers-retours vers le temps d’avant les ruines, le présent est abrupt.
Les « kids » n’ont pas de cause à défendre, ils vivent en autarcie dans cette paix fragile et amnésique avec pour seul objectif  : survivre. Ou découvrir à nouveau ce que signife vivre.

La question de l’adolescence a toujours été une préoccupation pour nous. Au cours de nombreux ateliers que nous avons pu mener auprès de collégiens, nous leur avons souvent demandé s’ils avaient des rêves. D’ordinaire, ils restaient sans réponse ou comme déroutés par cette question, comme si l’idée de rêve ne rentrait plus dans le champ de leur imagination ; et que la part de rêve et de désirs profonds de la plupart d’entre eux s’était peu à peu dissoute dans le tumulte de nos sociétés contemporaines. La lecture de la pièce « KidS » de Fabrice Melquiot, qui relate la tragédie d’une jeunesse sacrifée aux folies d’une nation en guerre durant le siège de Sarajevo, a d’une autre manière, fait résonner en nous  ce sentiment selon lequel notre monde contemporain absorbe peu à peu la part de rêve et de vitalité de ses enfants. Ce cycle destructeur de la tragédie des fls, thème bien connu des tragédies grecques ou élisabéthaines, qui reste si actuel dans notre monde, aujourd’hui…
Charlotte Gosselin et Sélim Alik